Le blog des collectionneurs

Open top menu
Des motos-jouets à Toymania

Des motos-jouets à Toymania

Le Salon Toymania de décembre met à l’honneur la collection de motos jouets en tôle de Dominic Bauche. Le journaliste Bertrand Lebrun, du journal La Vie de la Moto, est allé lui rendre une petite visite avant sa grande expo…

 BL : Dominic, comment êtes-vous tombé dans la marmite de la collection ?

«Oh cela remonte à il y a plus de 30 ans. Au départ je me suis intéressé aux jouets mécaniques de toute sorte. J’étais subjugué par tant d’inventivité mécanique. Puis je me suis rendu compte que les motos n’étaient pas si courantes que cela et j’ai eu le déclic en remettant en état la pièce d’un ami. Je me souviens, c’était une Mach 500 Arnold, une marque allemande. La moto avançait, puis s’arrêtait. Son pilote descendait puis remontait et repartais. C’était très ingénieux. Je me suis alors concentré sur les motos, une manière de concilier deux de mes centres d’intérêt. Aujourd’hui je dois posséder environ 250 pièces. Je suis en plein inventaire…»

BL : Où trouve-t-on de tels trésors ?

«Dans les réseaux spécialisés. Aujourd’hui, le hasard n’existe plus. C’est un peu comme pour la moto à l’échelle 1. Il y a vingt ans, c’était facile de trouver, parfois pour pas cher. Mais l’offre s’est tarie. Le ratio est aussi d’une moto jouet pour 20 autos tout au plus. De sorte que trouver une moto en tôle pas courante et en bon état aujourd’hui, c’est une victoire. Il faut alors se tourner vers les bourses spécialisées, les ventes aux enchères (comme chez Lelièvre à Chartres, ndlr) et le réseau des collectionneurs, des marchands. On fait des échanges entre nous. Lorsque vous commencez à être connu dans le milieu, on vous propose parfois des pièces. Le centre de gravité se situe en Allemagne et au Bénélux, à la fois parce que la production y a été très forte et aussi parce que ses marchés n’ont pas été protégés. Par exemple, on y trouve de nombreux jouets japonais».

BL : Qu’est-ce qui fait la valeur d’une moto jouet en tôle ?

«Vieux ou ancien ne veut pas forcément dire cher.C’est la principale erreur que commettent les non spécialistes. Il ne faut pas négliger les pièces plus récentes. Après, il y a plein de critères d’appréciation : le degré de finition, la sophistication ou la grossièreté de l’assemblage, la qualité des couleurs… La boîte par exemple n’a pas autant d’importance que pour les Dinky Toys».

BL : Vous êtes l’invité d’honneur de Toymania de décembre au Palais des Congrès…

«Oui, j’ai été invité parles organisateurs, Patrick Ayme, qui tient aussi une boutique spécialisée aux Puces de St-Ouen et Thierry Noir. Toymania est sans doute le plus beau salon du genre en terme de qualité. Il y en a de plus grands mais où la sélection des exposants est moins “sévère”. On y retrouvera une bonne partie de ma collection mais je tiendrai aussi un stand. J’y vendrai par exemple mes doubles… Vous savez il y a aussi un petit côté compulsif dans la collection».

Retrouvez le reportage complet dans le n° 812 de La Vie de la Moto (revue spécialiste de la moto de collection), à commander via leur site Internet, le journal en kiosque tous les jeudi, les infos du blog, le compte Twitter de la rédac @bertrandmoto

Aucun commentaire trouvé.

Personne n'a encore laissé de commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire