Le blog des collectionneurs

Open top menu
L’envers des dessous à Paris

NOTER L'ARTICLE

(0 Votes)

L’envers des dessous à Paris

Sitôt la porte poussée, le ton est donné : on pénètre dans une salle presque noire, sous une armature rappelant les fanons de baleine qui se cachent dans ces sous-vêtements, avec, pour seules lumières ici et là, des silhouettes plus ou moins vêtues de dessous d’un autre temps…

Au fil des vitrines, on découvre tous les artifices qui ont servi à façonner le corps, des femmes essentiellement : corsets et corps à baleine qui affinent la taille et valorisent la poitrine, paniers pour élargir les hanches, faux-culs rehaussant le fessier, cerceaux et crinolines donnant de l’ampleur aux robes…

Les hommes ne sont pas en reste avec leurs pourpoints rembourrés bombant le torse, leurs braguettes proéminentes, leurs amplificateurs de mollets, leurs slips-gaines et leurs ceintures d’estomac. Quant aux enfants, ils n’échappent pas non plus au diktat du corset…

Une magnifique exposition qui dévoile également des créations actuelles de grands couturiers, des extraits de films en costumes, des publicités anciennes, et où un espace vous permet même de revêtir l’un de ces dessous mécaniques (des reproductions) et de vous transporter dans un autre siècle… “La mécanique des dessous.

© Patricia Canino Panier à coudes articulé, vers 1770, et corps à baleines, vers 1740-1760. Paris, Les Arts Décoratifs, collection Mode et Textile et dépôt du musée de Cluny.

© Patricia Canino Tournure cage, modèle “papillon”, vers 1872, Paris, collection Falbalas.

© Sonia Picard Un espace est réservé pour essayer ces dessous face à de grandes glaces…

© DR Publicité pour le slip Kangourou, 1948, collection particulière.

Une histoire indiscrète de la silhouette”, jusqu’au 24 novembre, au musée des Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli (1er arr.).

Ouvert du mardi au dimanche de 11 h à 18 h (21 h le jeudi).

Tél. 01 44 55 57 50

Aucun commentaire trouvé.

Personne n'a encore laissé de commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire